Archives

Vidéos
Hygge!

Hygge!

Aujourd’hui j’ai envie de vous faire partager quelque chose que j’ai finalement découvert tout récemment : pourquoi suis-je autant attirée par les pays du Nord? Tous les ans, je mets au moins un pied dans l’une des grandes capitales nordiques et scandinaves qui m’ont toujours attirée avec leur ambiance, leur atmosphère et également, je dois bien l’avouer, grâce aux hommes scandinaves que je trouve grands, sveltes et tout à fait à mon goût ;)

NB: l’homme scandinave peut-il être Hygge? 

Mais la vraie raison pour laquelle j’aime les pays scandinaves c’est pour leur attitude « hygge » (j’espère que ma prononciation à la danoise n’est pas trop mauvaise, je vous laisse le lien de la vidéo de prononciation ici de manière à être bien tendance dès la rentrée 2017 ;)

C’est quoi être Hygge? 

Si le Danemark arrive en tête de liste des pays où il fait bon livre, c’est aussi grâce au Hygge : le symbole du confort, du  bien-être et du partage. Pour moi, ces pays ont cette faculté à créer l’atmosphère pour se sentir bien et à mettre en pratique plein de petites choses que je vais partager avec vous ici :

Hygge c’est par exemple cette sensation que l’on éprouve quand on se prélasse dans son canapé avec de grosses chaussettes aux pieds enroulé dans un plaid, pour lire un bon livre, écrire ou regarder un bon film. Mais c’est aussi un moment de partage avec ses amis, sa famille, partager un bon repas, un dîner, un gouter, un bon café ou un chocolat dans l’un de ces cafés scandinaves typiques et tellement cosy …

C’est aussi apprécier la chaleur du soleil sur son visage ou l’air frais lors d’une balade automnale, c’est prendre un bon bain ou un verre de vin à la lueur des bougies, c’est se déplacer à vélo, aller à son rythme et prendre son temps, c’est s’autoriser des douceurs à l’heure du gouter, mais c’est aussi profiter du moment présent et de chaque instant comme si c’était le dernier.

A chacun sa Hygge attitude, malgré ma prononciation hasardeuse vous aurez compris le concept qui consiste à se faire du bien et à s’écouter pour pouvoir identifier ces petits moments de plaisir qui nous réconfortent dans la journée et à les réaliser comme des rituels à s’approprier au coeur de notre quotidien. Par mon métier, la hygge attitude va de soi, offrir un confort et un bien être dans les intérieurs de mes clients est primordial et constitue mon coeur de métier au quotidien.

Lecture Hygge

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à découvrir le livre HYGGE, the Danish way to live well de Meik Wiking, une véritable bible pour tout savoir sur le hygge.

A très bientôt et une très belle année 2017 Hygge à souhait!

Retrouvez ici d’autres vidéos et mes réalisations sur mon site.
Et venez discuter hygge sur ma page Facebook !

 

Interview d’Alexandre Mahia, géomètre!

Interview d’Alexandre Mahia, géomètre!

Bonjour à vous! Je suis Catherine Le Gall, je suis architecte d’intérieur et pour ceux qui ne me connaissent pas encore vous pouvez me retrouver sur mon blog ou sur mon site internet, dont vous trouverez les liens sur la bannière.

Aujourd’hui je vous présente Alexandre Mahia qui a un métier bien sérieux puisqu’il s’agit du métier de géomètre.

CL : Bonjour Alexandre, alors c’est quoi être géomètre?

A.M : C’est un métier un peu complexe, on est là pour mesurer l’existant, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, de toute construction et de les matérialiser sur plans.

CL : Donc c’est complémentaire au métier d’architecte d’intérieur?

A.M : Evidemment! Je suis souvent en amont des projets : je fais l’existant et vous vous faites le projet.

CL: Bien chef ! Donc tu fais les relevés de mesure et tu fais les plans de manière à pouvoir les exploiter sur AutoCAD, le logiciel de dessins de plans.

CL: Les géomètres travaillent ils également avec des particuliers?

AM : Absolument, nous travaillons beaucoup avec des particuliers, notamment pour ce qui concerne les copropriétés, quand les personnes veulent agrandir leur appartement ou leur surface d’habitation, on peut vouloir annexer des parties communes. Là on fait appel à un géomètre pour calculer les tantièmes généraux et spéciaux de la copropriété, et créer un nouveau lot et une surface du lot qui  va être annexée. De là on fait une division et réunion de lots, on fait également ce qui est certificat de surface Carrez ( Loi Carrez)  en copropriété qui est très importante lors de la vente d’un lot de copropriété.

CL : Cela permet d’identifier les surfaces à vendre et c’est un document qui est remis aux particuliers. Cela donne également des informations aux professionnels pour permettre des calculs de surface de matières, de matériaux à communiquer aux entreprises par exemple.

AM: En parallèle, nous réalisons également des relevés de façades et des plans d’intérieur pour que Melle Oz puisse travailler dessus en toute sécurité! (rires)

CL: Dis moi, géomètre, ça plait aux filles? 

AM: Pas forcément, on n’a pas d’uniforme et des fois on est très sales, il vaut mieux faire un autre métier pour ça.

CL: quand on te demande quel métier tu exerces et que tu réponds « géomètre », quelle est la réaction des gens? 

AM: Ils sont souvent étonnés parce qu’ils ne connaissent pas bien notre métier. Il faut donner des explications, les gens au final pensent qu’on est architecte, alors qu’on ne l’est pas du tout! Architecte, c’est plus sur la projection, la gestion des chantiers alors que le géomètre mesure l’existant et  le matérialise sur plans avant de l’envoyer à l’architecte.

CL: OK donc toi c’est vraiment « le dur », c’est ce qui va permettre à l’architecte ou à l’architecte d’intérieur de concrétiser un projet, de voir les dénivelés d’un terrain, où sont les cloisons, les murs, les dessins de la façade et c’est donc ce qui va servir de support pour réaliser un projet. 

CL: Une question importante : Est ce que ce métier te rend heureux?

Oui ! Cela me permet de rencontrer de nouvelles personnes, comme toi, Catherine, de nouveaux métiers et de ne pas être dans la routine. On peut travailler en Province, à Paris, on rencontre beaucoup de gens et c’est ça l’idéal de notre métier.

CL : Et j’imagine d’admirer des points de vue inoubliables et des intérieurs qu’on n’aurait jamais eu l’occasion de découvrir autrement?

AM: Tout à fait! Par exemple j’ai travaillé il y a deux ans sur le toit du Palais de Tokyo et c’était un moment unique !

CL: Merci beaucoup Alexandre pour cet éclairage sur ton métier de géomètre! On peut te retrouver sur le site internet Arpentgéo, et moi-même sur le site internet OzByCath et sur le blog ou encore sur ma chaine Youtube ou ma page Facebook pour découvrir plein de conseils et d’astuces d’une architecte d’intérieure!

Une cabane canadienne tout près de Paris

Une cabane canadienne tout près de Paris

Bonjour je suis Catherine Le Gall, pour ceux qui ne me connaissent pas vous pouvez me retrouver sur le blog ByCath ou sur le site internet www.oz-bycath pour découvrir d’autres projets et réalisations. Aujourd’hui vous allez découvrir Valérie et sa charmante maison, à tout de suite!

Cath : Valérie, qui es tu?

Valérie : Je suis Valérie, je suis plasticienne, j’interviens pour faire des activités plastiques auprès des enfants mais aussi des expositions dans la région avec des artistes peintres, des sculpteurs. Je suis spécialisée dans les cultures du Monde, j’ai donc une grande passion pour les voyages, les cultures diverses et variées que je peux rencontrer et que j’aime transmettre et faire connaitre.

Cath : Nous sommes donc à Marly-le-Roi dans le 78, en présence d’une cabane au Canada dont Valérie va nous raconter l’histoire.

Valérie : L’ingénieur Gillet qui a conçu cette maison a revendu son brevet à des canadiens qui avaient construit plusieurs maisons de ce type qu’ils avaient mis en démonstration rue Auguste Blanqui à Paris. Et cette maison est  la maison qui était en démonstration et qui est restée 13 ans en démonstration. Mes arrières grand-parents l’ont achetée et l’ont montée sur ce terrain qui était un terrain où les parisiens venaient passer le weekend à la campagne:  il y avait des arbres fruitiers, on pouvait y jardiner… Et en 1936, à l’époque des congés payés, cette maison était idéale, tout en bois, démontable et a été remontée en une journée sur le terrain. les gens passaient le matin il n’y avait pas de maison, et quand les gens repassaient le soir, il y avait une maison sur le terrain.

Cath : Ca fait rêver! Peux-tu nous raconter comment on en est arrivé à cette maison de poupée, ce petit bijou ?

Valérie : La maison a toujours été dans la famille, et on l’a agrandie de génération en génération, mais elle reste très raisonnable puisqu’elle reste en dessous de 100 m2, et on a eu envie de tirer partie de cet « aspect bois » qu’on retrouve dans la salle à manger, puisque les lambris sont en acajou. A l’époque ils préféraient le cachet avec du papier-peint, mais nous avons préféré remettre le bois en avant. Lors de l’agrandissement on a privilégié le bois apparent et nous avons donné un caractère spécifique à chaque pièce.

Cath : On retrouve l’aspect artistique…  jusque dans les toilettes! (rires)

Valérie : Oui c’est vrai les toilettes c’était une petite fantaisie, on a loué le banc de scie, on a coupé les branches et on a passé des heures à coller les rondins pour que cela devienne notre petit coin de forêt, notre petite forêt à nous (rires).

Cath : Très bien, j’irais mettre mon petit mot dans le livre d’or à la fin de l’interview!

Valérie : Oui il y a un livre d’or dans les toilettes pour que chacun puisse y mettre son petit message.

Cath: Merci beaucoup de nous avoir accueilli Valérie, c’était vraiment une très belle découverte, une très belle visite que j’ai pu faire avec toi et c’est un vrai petit bijou à découvrir! Merci beaucoup et à bientôt!

Vous avez aimé cette interview ? Retrouvez moi sur ma page Facebook  ou sur mon site internet pour encore plus d’astuces et de conseils!